Voyage au coeur des mots avec Souleymane Diamanka

Notre langage conditionne notre manière de penser, comme l’explique si bien le poète Souleymane Diamanka, dans un extrait audio.

Notre langage conditionne notre manière de penser nous dit la chercheuse scientifique Lera Boroditsky, de l’Université de Stanford. 

Plus que de simples sons, les mots véhiculent des idées et des concepts pouvant impacter le fonctionnement du cerveau et plus largement de l’organisme, c’est ce que démontre une étude récente.

C’est ainsi que Souleymane Diamanka, auteur et poète, nous apparaît comme un maître des mots particulièrement conscient de leur impact sur nos pensées et nos actions.

En témoigne particulièrement bien ce court extrait de son entrevue avec Sonia Chironi sur France Inter. Je vous invite à l’écouter ci dessous et si cela vous interpelle, continuer ce voyage conscient à travers les mots sur la chaîne Youtube de Souleymane Diamanka.

S’allier aux mots pour retrouver du sens

sketchnote réalisée par Claire Masson suite à l’intervention d’Audrey Chapot sur l’impact des mots en milieu professionnel

Voici une superbe sketchnote réalisée par Claire Masson suite à l’intervention d’Audrey Chapot sur l’impact des mots en milieu professionnel. S’allier aux mots, c’est très proche de ce que nous proposons dans notre ouvrage Positive Sketching!

L’anthropologue et conférencière Audrey Chapot nous propose d’améliorer notre rapport au monde et à nous-même. Comme elle l’explique dans son livre L’Esprit des mots, les mots affectent nos comportements et orientent nos décisions collectives et individuelles.

Chaque mot « vibre » et il est important de bien choisir ses mots, de mieux les apprivoiser, aller à leurs sources pour développer une forme de cohérence et générer de nouveaux comportements.

Nous avons été particulièrement intéressés par ce sujet car il entre en résonance avec une des clés du Positive Sketching : le langage positif. Dans un billet précédent nous parlions de comment le langage forge nos pensées.

L’influence du langage sur notre vision du monde

influence-du-langage
Image by Mabel Amber, still incognito… from Pixabay

Notre langage conditionne notre manière de penser comme le dit si bien la chercheuse scientifique Lera Boroditsky, de l’Université de Stanford. Découvrons cela plus en détails.

Notre langue maternelle forge nos pensées

L’anthropologue Benjamin Lee Whorf a été le premier à se pencher sur la question en 1940. N’ayant obtenu aucune preuve confirmant ses affirmations, son étude est tombée en discrédit.

Cependant, de récentes recherches confirment que notre langue maternelle façonne nos pensées à différents niveaux.

Une vision du monde différente selon la langue

C’est ce qu’affirme Guy Deutscher, chercheur de l’Université de Manchester :notre langue maternelle influence notre manière de voir et sentir le monde.

Les personnes bilingues confirmeront cette affirmation. Comme le dit Lera Boroditsky, quand on apprend une langue étrangère, on apprend une nouvelle manière de parler mais aussi de penser.

Quelques exemples concrets sur l’influence du langage

Langage et perception des couleurs

Les anglophones utilisent le mot “blue” pour qualifier cette couleur qui peut aller du bleu clair au bleu foncé. Par contre, les personnes parlant le russe ont des mots très précis pour parler de la couleur bleu clair “Goluboy” et de la couleur bleu foncé “Siniy”.

Langage et perception de l’espace

En Pormpurraaw, une communauté aborigène d’Australie utilise les points cardinaux pour se repérer dans l’espace. Quand nous utilisons les mots “gauche”,  “droit”, “devant”, “derrière”, ils utilisent les mots “ouest”, “est”,“nord” ou “sud”. Cette différence linguistique permet aux personnes de cette communauté de toujours bien s’orienter où qu’ils soient, et ce, de nuit comme de jour. 

Langage et perception des objets

Dans de nombreuses langues, les objets ont des genres : féminin et masculin la plupart du temps. Ainsi, un pont est masculin en espagnol mais féminin en allemand. Même si cela peut paraître sans importance, il s’avère que les hispanophones utiliseront des mots à connotation masculine pour décrire le pont comme ”solide”, quand les allemands utiliseront des adjectifs plutôt féminins tel qu’“élégant”.

Le sujet de l’influence du langage sur nos capacités cognitives est réellement surprenant. Ce qui est très excitant, c’est de savoir qu’il reste encore tant à découvrir !